Maternité,  Psychologie

BURN OUT PARENTAL – COMMENT J’EN SUIS ARRIVÉE LÀ

Bonjour les paillettes,

Aujourd’hui je me tenais d’être honnête avec vous mais surtout moi-même; je ne voulais pas faire de video sur le sujet qui est trop délicat et sensible. Voilà plusieurs mois que je le sens, que je pleure dans mon coin et que je garde le sourire devant tout le monde y compris Ecopapa.

Je suis en BURN OUT PARENTAL.

JE NE DONNE AUCUN DÉTAILS, JE N’EXPLIQUE PAS EN PROFONDEUR LE COMPORTEMENT DE MON ENFANT, JE PRÉFÈRE GARDER CELA PRIVÉ. JE VOUS DEMANDERAIS DE NE PAS JUGER. MERCI.

C’EST QUOI?

1/L’épuisement dans son rôle de parent

C’est la facette qui apparaît le plus souvent en premier. Le parent a le sentiment d’être épuisé, vidé, au bout du rouleau. Cet épuisement peut se manifester au niveau émotionnel (sentiment de ne plus en pouvoir), cognitif (impression de ne plus arriver à réfléchir correctement) et/ou physique (fatigue).

2/La distanciation affective d’avec les enfants 

Trop fatigué, le parent n’a plus l’énergie de s’investir dans la relation, ou en tout cas plus autant que d’ordinaire. Il prête moins attention à ce que ses enfants lui racontent ou les écoute d’une oreille distraite, il n’accorde plus (autant) d’importance à ce qu’ils vivent et ressentent, il ne s’implique plus (autant) dans leur éducation, il n’arrive plus (autant) à montrer à ses enfants combien il les aime. Il fait ce qu’il doit faire (les conduire à l’école, leur préparer à manger, la toilette, le coucher), mais pas plus.

3/Le contraste

Le parent prend conscience qu’il n’est plus le parent qu’il était et encore moins celui qu’il voulait être. Il ne se reconnaît plus, il a honte du parent qu’il est devenu. Il y a un contraste entre le parent qu’il était et celui qu’il est aujourd’hui.

MON HISTOIRE, COMMENT J’EN SUIS ARRIVÉE LÀ?

Le plus triste dans cette histoire c’est que les conséquences ne frappent qu’un seule de mes 3 enfants : ma plus grande, Saskia.

LE COMMENCEMENT DE TOUT :

Vous devez savoir que j’ai été mariée par le passé. Le papa de ma fille ne montrait d’intérêts pour sa fille que lorsqu’il s’agissait de m’atteindre personnellement. Que cela soit pour tenter de me reconquérir ou encore me blesser émotionnellement. Il connait mes faiblesses et sait les toucher du doigts pour avoir ce qu’il souhaite. J’ai élevé seule ma fille jusqu’à ce que je rencontre Ecopapa. Avant cela j’assumais seule ma fille que cela soit affectivement parlant que financièrement. J’ai refais par la suite ma vie et je suis très heureuse dans mon couple. Nous avons eu très rapidement ensemble deux beaux enfants qui nous comblent. Ils sont très stables mentalement et épanouies. Bref, bien dans leurs couches … LAVABLES.

LA DESCENTE AUX ENFERS :

Le divorce de mon coté prend énormément de temps car mon ex conjoint n’a jamais souhaité se déplacer pour signer les papiers ou comparaître devant le juge. La justice est mal faite. Menaces de mort, insultes, puis blocages de tous mes numéros. Il ne prend son enfant que 1 à 2 fois par an puis dit à tout l’entourage que je suis fautive.

Un weekend, j’ai récupéré ma fille totalement changée. Agressive, en larmes, incontinente jour et nuit, que cela soit urines ou selles. Trop impliquée par son père dans nos querelles, tiraillée par son père biologique car elle osait appeler Ecopapa « papa », elle a perdu pied.

Je me suis battue pour qu’elle ai un suivit psychologique et l’été 2018 j’ai pris connaissance de la raison de son mal être extrême. Une raison que je garderais privée mais grave. J’ai passé mon temps chez les gendarmes, services sociaux, pédopsychiatre, psychologue …Je n’ai pas pensé à ma grossesse et l’enfant que j’attendais. j’étais stressée d’une part par le père de ma fille et par la dépression de mon enfant.

J’ai tenté de contenir ses sentiments, de l’épauler mais aussi de contenir mes propres sentiments et ma propre détresse. Rajoutons par dessus les relations ambigues de ma propre mère avec mon ex mari, une minorité de personnes n’approuvant pas ma relation avec Ecopapa en inventant des histoires qui n’existent pas, le quotidien fatiguant de maman au foyer qui commence vers 6h30-7h du matin pour finir vers 1h-2h du matin, ECOPAPA travaillant dur donc peu présent pour assumer notre vie quotidienne..

(tâches chronophages, pleurs de bébés, allaitements, sommeil perturbés, nuit courtes qui se résument à 3-4h de sommeil, et la pression que je me mets pour réussis ce que j’ai entrepris.)

DETRESSE, FATIGUE ET PERTE D’ESTIME DE SOI

C’est en gros ce que j’ai ressenti pour tout résumer. Mêlé au refus total de faire le deuil de ma maternité j’ai craqué intérieurement et bénissait les temps d’absence de mon ex mari devenu trop destructeur de part ses menaces et son manège de tentative de manipulation perpétuel. J’ai pris les distances avec ma fille n’arrivant plus a gérer ses emotions trop négatives, sa violence physique avec les gens, les objects … Les mensonges, les sourires lorsqu’elle se faisait prendre, le vol d’objets qui comptaient à mes yeux pour les donner à ses amies pour compter pour elles … Son besoin permanent d’aller à l’encontre total de ce qui peu être dit. Je sais que cela est le résultat de ses traumatismes mais est-ce une excuse à tout?

J’ai eu l’impression d’être la pire des mamans, je me suis senti indigne d’être mère. Mais je suis épaulée par les bonnes personnes qui comprennent la situation.

Je me suis rendue compte que quelque chose n’allaient pas quand je commençais à pleurer pour un oui et un non : en faisant le linge, le ménage, quand j’étais contrariée par mes enfants, quand j’ai vu que je mettais une distance avec ma fille rien que pour lui dire bonne nuit.

N’importe qui peu être touché. L’évènement a été accéléré par le fait que Ecopapa est peu présent à cause du travail, qui sert à payer toutes nos charges. J’ai fini par ne plus vouloir de notre maison et vouloir tout vendre pour prendre un simple terrain et vivre en autonomie … Mais cela est une autre histoire. J’ai eu la sensation que l’on était des esclaves du systeme, que je m’épuisais à la maison pour au final finir à découvert sans pour autant être dépensière. Impossible pour moi de reprendre une activité salariée en tant qu’employée car les charges de garde dépasseraient mon salaire, et de très loin. Bref c’est le chien qui se mord la queue et surtout … Je ne supporte plus la mentalité des gens. Une fois que vous êtes indépendant revenir en arrière est très compliqué.

LES SOLUTIONS, MON COMBAT POUR PASSER LE CAP :

Je n’ai jamais eu pour habitude de me laisser abattre. Souvent avant de me relever je suis à Terre et j’ai un moment de flottement, ou je perds pied. Puis je reprendre conscience et je cherche coûte que coûte des solutions.

  1. Méditation, lithothérapie : Il m’arrive quand la pression monte trop, de poser Blanche dans son parc, de mettre Louis sur une activité et de demander à ma grande d’aller dans sa chambre pour m’octroyer un temps mort pour me ressourcer et faire descendre la pression. Je crois beaucoup en la spiritualité et le pouvoir des pierres. J’essaie de ne pas dévaloriser tout ce que j’ai entrepris et tout ce que j’ai pu faire pour mon enfant.
  2. Créativité : contrairement à ce que l’on crois, mes réseaux, mon blog, les videos … Ce sont des moments de régénération. Je suis très créative. Le seul soucis est le manque de temps occupé par mes enfants. Je n’ai que le soir voir la nuit pour moi donc quand je me mets sur cela, c’est du temps de sommeil en moins.
  3. Une thérapie : J’ai décidé de parler et de vider mon sac. Voilà 9ans que j’accumule beaucoup d’évènement lourds à porter et à vivre au quotidien. La vie n’est pas un long fleuve tranquille mais cela n’est pas une raison pour se laisser sombrer. Parfois on peut avoir besoin d’aide pour se relever.
  4. Accepter : J’ai décidé d’accepter ce qui nous arrivais pour continuer d’avancer. Ce qui est fait est fait. Rien ne le changera, en revanche on peut aller de l’avant et créer un avenir plus radieux. Le linge en retard, le sol sali le soir nettoyé 1h auparavant, cela ne sont en réalité que des détails.
  5. Positiver : Rien n’est figé dans le marbre. Rien n’est tout blanc ou tout noir. Nous sommes en bonne santé, nous sommes un famille pleine d’amour, heureux et nous avons plein de projets.
  6. DIRE NON : J’ai décidé d’arrêter de tout le temps contenter tout le monde au détriment de mes propres sentiments. Ceux qui me manquent de respect sortent de ma vie. Mes enfants doivent apprendre aussi que l’on ne peut pas tout avoir. Non, c’est non. J’ai pris la décision de ne plus vouloir contredire ou expliquer les choses au papa de ma fille. Il est comme la pluie : une goutte qui coule et qui sèchera avec le temps.
  7. Sortir, communiquer, se balader au coin de la rue : Voir des copines, parler à d’autres mamans qui vivent cet état mais aussi accepter la main tendue par celles qui me suivent et qui comprennent cette situation. EN GROS … MERCI A MA COMMUNAUTE.
  8. Demander de l’aide : J’ai décidé de demander de l’aide pour être épauler et épauler ma fille en plus de ce que j’ai mis en place pour la soutenir.

Voilà chères paillettes. J’espère que si vous êtes dans ma situation vous irez très prochainement mieux car cela n’est pas une maladie, mais un état que l’on peut surmonter.

Maternellement vôtre,

Ecomaman

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

19 Comments

  • Charlotte

    Bonjour Aurore,
    Je comprends mieux maintenant la distance avec ta plus grande fille.. ce n’est pas un moment évident mais tu es une maman géniale et je suis sûre que l’amour d’une maman peut tout dépasser ❤️
    Tes vidéos et tes articles sont toujours aussi agréable à lire
    Je te souhaite tout le bonheur du monde pour ta famille ainsi qu’à ta grande princesse qui avec le temps, je pense, trouvera les réponses à ses questions encore trop fraîches pour être extérioriser correctement …
    Tu es une personne formidable n’en doute jamais, je suis sûre que ecopapa et toi faites tout ce qui est possible pour vos enfants !
    D’énormes encouragements à vous 🙂

  • Elodie Gnr

    Très bon article ! Maman de ma première qui a 3 mois et demi, et séparée de son « pere » (devenu très violent et ayant retrouvé le chemin de la drogue alors que j’étais fraîchement enceinte), j’élève seule ma petite merveille. J’ai la chance d’avoir mes parents mais les difficultés sont la quand même! Les aléas de la maternité, accompagnés de la peur que ce père indigne ne décide de me la prendre (je connais mes droits et tout mais j’ai eu tellement de menaces durant ma grossesse que mon sommeil est très léger), la pression de devoir nous présenter chez ses parents alors que l’envie n’y est pas (je le fait uniquement pour ma fille plus tard et pour ne pas qu’ils ne viennent demander un droit de visite quelconque… oui tout est calculé)… Toute cette accumulation de choses m’épuise au point que je ne supporte plus rien et que je me sens triste de penser parfois qu’on est mieux seule…
    C’est réconfortante de savoir qu’on n’est pas un cas isolé!
    Merci pour tous ces articles intéressants, ces vidéos divertissantes et le groupe qui allège le quotidien!
    Bisous et force à toi!

    • Ecomaman

      Je suis contente de pouvoir apporter une petite touche d’aide au quotidien. On est pas seule c’est ce que j’ai voulu faire passer comme message à travers cet article. C’est beaucoup plus commun qu’on ne le croit ! Courage !!! N’hésite pas sur le groupe !!

  • Sophie

    Ouaou quel article !
    Je n’en suis pas au burn out mais j’ai eu un bon surmenage il y a peu. Toute nouvelle maman depuis 2 mois je crois qu’il m’a fallu le temps de comprendre qu’il fallait revoir mes envies de perfection. C’est « drôle » j’ai d’ailleurs écris un article sur le sujet hier !
    En tout cas nous soutenir entre maman c’est important car on se comprend !
    Courage

  • Aurélie Arène

    Bonjour, je me permet juste de t’envoyer un message de soutien.
    Je connais bien le brun out et si tu as un jour envie de parler tu as mon email.
    Je n’aime pas m’exposer sur les réseau, peu de gens le savent.
    Mais ton histoire me touche, alors quand on est maman et que l’on connaît ce par quoi tu es en train de passer je trouve normale entre femmes et aussi mères de s’entraider.
    J’aurai voulu que l’on m’écoute, me soutienne mais ce n’a pas été le cas.
    Aujourd’hui encore je reste fragile et vulnérable, mais j’ai appris à me faire confiance, à écouter mon corps, à dire « Non » ou encore « Stop » ce qui était ine inimaginable avant pour moi.
    Après on ne se change pas.
    Surtout profite de tes enfants, cajole les, aime les, mais pense aussi à toi et aussi à ton couple.
    J’aurai envie de te dire tellement de choses.
    Je me retrouve tellement dans ton histoire, pas pour tout, on a pas tous la même vie mais il y a des similitudes.
    Si le coeur t’en dit n’hésite pas ce sera avec plaisir.
    En attendant prends soin de toi.
    Maternellement Aurelie.

  • Maeva

    Coucou Ecomaman 👋🏻
    je suis toute nouvelle sur ta chaîne et ton blog, je te suis depuis presque 3 semaines maintenant, je suis jeune maman depuis à peine 3 mois et je tenais à te remercier pour tout ce que tu m’as apporté !
    Tu m’inspires beaucoup dans ta façon de vivre et de voir les choses je me suis mise au couches lavable et au produits naturel fait maison grâce à tes vidéos et tes conseils j’ai l’impression d’être une meilleure mère et de faire le mieux pour l’avenir et la santé de mon bébé et je te remercie pour ça !
    Je te trouve rayonnante restes comme tu es surtout !
    La période que tu traverses est difficile alors si mon message pouvais te remonter un peu le moral j’en serais ravie !
    Bon courage pour la suite, le meilleur reste à venir je te le souhaite !

    À bientôt ☺️
    Maeva

    • Ecomaman

      Un gros gros merci Maeva pour ton message et ton soutien !!! Le principal est que tu sentes que tu fasses ce qui est bon pour toi et ton bébé. Vu que c’est ce que tu ressens alors vous êtes au top ! <3

  • Marianne

    Coucou , je me permet aussi de t écrire pour t encourager . Tu mérite d être heureuse , je ne connais pas le burn out parental mais travaillant dans le médical je ne sais trop bien combien c est difficile. Surtout ne culpabilise pas et prend du temps pour te ressourcer. La vie est bien trop courte profite profite profite .
    Je pense fort à toi courage.

  • Analuna

    Bon courage à toi Ecomaman, tu es une battante et tes solutions me paraissent très intelligentes.
    Je n’ai qu’un bébé, mon homme est à la maison, et pourtant il m’arrive souvent de me sentir surmenée (j’ai un travail pesant aussi), alors je suis vraiment époustouflée par tout ce que tu parviens à faire avec 3 enfants et en étant seule avec eux la journée.
    Prends quand même du temps pour toi et pour dormir !!! Je suis avec toi !
    Ana

    • Ecomaman

      <3 <3 <3 Merci à toi, je pense que le nombre d'enfant ne compte pas forcément plus, c'est les charges qui deviennent lourdes mises bout à bout. Courage à toi également :)

  • Analuna

    Bon courage à toi ! Je suis admirative de tout ce que tu parviens à mener de front. Tu arriveras à passer ce mauvais moment. Courage courage (je sais que tu en as) !

  • Marina

    Salut ! Je te soutiens également, je me suis mise à te suivre depuis que je me rencarde sur les couches lavables (c’est comme ça que j’étais tombé sur ton blog), et parce que nous avons des enfants du même écart d’age (20 mois pour mon fils et 1mois et demi pour ma fille+ la fille de 6 ans de mon mari), je ne sais pas si je suis en burn out ou pas mais en tout cas je dois pas en être très loin !!!!!
    Je pleure pas mal et je commence à avoir du mal à réfléchir mais je ne m’affole pas, je savais que deux rapprochés ça allait être du sport d’autant que nous n’avons aucune famille en soutien…. et tout comme vous l’envie de tout plaquer pour l’autonomie se fait sentir quand on se rend compte de l’incoherence Totale du sens de nos journées de fonctionnaires pour une société pareille…
    je vais reprendre le boulot pour faire garder mes petits et je vais faire garder mes petits pour pouvoir aller au boulot ..! N’importe quoi !!!!
    Bref courage je pense qu’en plus de ta situation du au premier enfant, il y a aussi tes deux derniers rapprochés et ton mari qui bosse beaucoup, attendons qu’ils deviennent un peu plus autonomes et qu’ils jouent ensemble ça devrait rentrer dans l’ordre !!!
    Et le pire dans tout ça… c’est que tout comme toi je ne suis pas contre en avoir encore un…
    nous sommes cinglées !!! 😝😝😝
    Si ça peut te consoler je viens d’avoir ma deuxième césarienne ce qui me limite en nombre d’enfant et niveau « naturel » c’est pas trop ça moi qui voulais pas de péridurale au départ!!! J’ai eu du mal à encaisser…
    bon courage et merci pour tous les conseils couches lavables 😜
    Marina de Nice

  • Marie Dehem

    Bonjour Ecomaman

    Je te suis maintenant depuis quelques mois et j adore ta chaîne ton blog tes recettes et tes vidéos insta tout ça tout ça. Tu es une fille épatante avec tes 3 enfants chiens chat et maintenant aussi Maurice. Héhé

    Je te souhaite bon courage dans cette épreuve. Je suis une enfant de parents divorcés et si je peux te conseiller juste d essayer au max de prèserver ta fille. Essayez de ne pas la mêler aux querelles de ton ex mari… J imagine que lui il ne se prive pas pour la mêler mais voilà je te dis ça Comme conseil de je suis passée par là et tu le sais probablement mieux que moi (jeune maman depuis 2 mois) les enfants sont des éponges.

    Enfin dans tous les cas je te souhaite de continuer comme tu fais et tu as bien raison de dire stop et non quand ça ne te convient pas.

    Encore bon courage dans cette épreuve de divorce et j’espère que bientôt ce sera derrière toi pour enfin entre libre et profiter avec ecopapa et les enfants.

    Bonne continuation

    Bisette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *