Lifestyle,  Mon Journal de grossesse

BLOGUEUSE ET MAMAN À PLEIN TEMPS

Coucou à tous !

Aujourd’hui je fais une petite appartée, je reviens sur mon parcours. Et également sur mes angoisses dont je vous faisais part il y a peu dans mon journal de grossesse ou je vous parlais de mes craintes quant à mes possibilités de reprendre mon travail ou les études. Il se trouve qu’après de nombreux calculs avec mon conjoint il s’avère impossible que je reprenne même le chemin du travail car il nous faudrait débourser pas loin de 3000€ en frais de garde, de cantine et de nounou à domicile. Nous avons tous les deux un travail avec des horaires atypiques. Lui, entrepreneur dans le bâtiment qui part très tôt (5h30 du matin) et rentre souvent tard (plus de 21h le soir) et moi, aide-soignante en 12h, voguant entre les horaires de jours et de nuits. Reprendre le chemin des études pour devenir infirmière reste pour le moment impossible également. EN bref, mon métier, ma passion demeure maintenant inaccessible.

Je ne vous cache pas que j’ai versé des larmes avant de commencer à me faire à cette idée de me sacrifier quelques années. J’ai passé plusieurs jours à mettre dans tous les sens le problème. Et le résultat reste sans appel. Soigner les gens ne sera plus mon quotidien pendant un moment, et je vais devoir faire une croix sur ma place en réanimation qui me plaisait tant. Beaucoup pensent que je dénigre mon métier d’aide-soignante à cause de mon parcours dans le mannequinat et les grandes maisons de luxe telles que Hermes, Givenchy, Dolce&Gabbana … Il m’a ouvert les yeux sur notre monde, m’a apporté beaucoup d’humilité, d’émotions et de connaissances. Certaines infirmières étaient pour moi comme des puits de savoir et je buvais leurs paroles en secret. Mes deux meilleurs services en terme d’apprentissage, resterons la chir

urgie digestive et gynécologique ainsi que la réanimation ou j’ai pu toucher les soins infirmiers grâce à un très bon encadrement. Dans ce dernier service, j’ai appris à me surpasser, je me suis remise en question et j’ai compris aussi que dans ce métier il n’y a pas forcément que des personnes humaines. J’ai appris à laisser glisser les remarques déplacées, inappropriées et les jugements pour travailler avec mes tripes et mon coeur. Je me suis également prouvé que je pouvais être une bonne soignante. Car oui, j’avais besoin de me le prouver à moi même. Malgré une grossesse compliquée à gérer, j’avais cette rage de me prouver que oui je pouvais le faire. Aujourd’hui grâce à cela je sais que c’est ce métier qui me prend aux tripes, que je le ferais de toutes façons. Et que si il faut attendre pour l’exercer, j’attendrais.

Mon conjoint voyant mon désarroi a su me remonter le moral, il m’a tourné vers vous chers abonnés car je fais absolument tout avec passion et conviction. Il m’a montré le nombre d’heures que je passe à vous tourner des videos, à vous écrire sur ce blog, le temps que je peux passer à relever le moindre détails pour m’améliorer pour évoluer dans ce monde digital.

Alors je ne sais pas ou va me mener cette aventure qui me porte, et m’emballe mais un gros merci pour votre présence, merci d’être toujours plus nombreuses et nombreux et merci de votre soutien.

Ecomaman

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments

  • Margot

    Bonjour Aurore,

    Je ne connaissais pas ton parcours dans le monde médical. Et je suis désolée pour toi que tu doives le mettre de côté pour le moment. Je sais à quel point c’est dur de laisser quelque chose qui nous passionne. Mais vu la volonté que tu mobilises pour réaliser tes projets, tu retrouveras je l’espère le chemin de ce métier. En attendant, on a bien de la chance, toutes, de pouvoir boire tes conseils.

    Margot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *