Consommation,  Lifestyle

POURQUOI JE SUIS DEVENUE ÉCOLOGIQUE – LA PLANÈTE PART EN CACAHUÈTE

Bonjour à tous et à toutes !

Aujourd’hui petit post pour notre planète suite à certaines remarques que je peux entendre ici et là type : « t’es bobo écolo ».

Pour commencer je tenais à préciser que je n’ai pas toujours été écologique. Ma démarche a commencé petit à petit début 2016, avec des videos d’abattage et de conditions d’élevage des animaux. Très vite je suis tombée sur des reportages intéressants parlants de l’impact sur na planète : petit chiffre qui fait peur, 1kg de viande pollue plus que votre diesel en 1 an…. Et là on réfléchie. On se dit « mais comment »?

Comment en somme nous arrivé là? Les nappes phréatiques américaines devenues impropres à la consommation pour des milliers d’habitants, des villages, des villes entières ne pouvant boire leur eau du robinet car elle est polluée par les excréments bourrés d’antibiotiques des bêtes d’élevage.

Puis est venu le scandale Pampers avec ma grossesse … Et là … Le drame dans ma tête. Je découvre des substances cancérigènes que l’on nous vend avec « amour et bienveillance » une fortune qui peuvent potentiellement rendre malade sur le long terme nos enfants. J’ai commencé à travailler dans les hôpitaux et j’ai été percuté par le nombre de nos déchets, les maladies qu’il y avait dues à notre consommation…

Tout ceci dans ma tête a créé un choc.

Les ours blancs mourants sur les restes de la banquise, obligés de se nourrir de nos poubelles, les déchets que les gens peut scrupuleux déversent dans la nature, ceux qu’on ne peut détruire et qui finissent enterrés, la disparition de multiples animaux…

Depuis quand pollue-t-ton ?

L’un des premiers exemples de pollution est celui de la salinisation des terres de Mésopotamie, entre – 2400 et – 1700 ans avant Jésus-Christ. L’irrigation intensive des plaines a en effet provoqué, suite à l’évaporation des eaux, une accumulation de sels dans les terres qui a profondément modifié l’environnement et empêché toute agriculture.

C’est au 19e siècle, avec l’essor de la chimie et de l’industrie que la pollution a pris de l’ampleur, en conséquence de l’accumulation de très grandes quantités d’éléments toxiques. Les smogs (de l’anglais smoke, fumée et fogbrouillard) qui polluèrent les villes britanniques de cette époque sont emblématiques de ce phénomène.

Photographe : Antoine Pressé photographe

Une météo qui commence à faire peur

Au-delà du fait que j’adore la chaleur (donc je suis très heureuse actuellement), je suis plutôt effrayée de voir que en plein mois d’octobre il fasse 28 degrés en plein coeur de Paris, qu’une tornade touche le Var, qu’un ouragan (coucou Leslie, oui c’est son petit nom) s’invite dans le sud de l’Europe au Portugal, en Espagne pour finir chez nous dans le Tarn… Car oui, si on écoute les météorologues on a du soucis à se faire et dans pas si longtemps que ça : 2050 c’est demain les amis, et ceux qui me disent « on verra pas la fin des temps on sera mort », j’ai envie de dire : « cool pour ta descendance » !!!

 

La taxe d’habitation, le revers de la médaille …

Vous me demanderez ce que fais cette réforme dans ce poste ? Non rassurez-vous je déteste toujours autant la politique mais ce n’est pas parce que je n’adhère pas que je ne m’intéresse pas du tout au sujet car je souhaite savoir à quelle sauce je vais me faire manger.

La taxe d’habitation sert également à traiter nos déchets. Et j’attendais le retour du boomerang avec « impatience » car il y a toujours une contrepartie et une escroquerie quand il s’agit de politique pour le « petit peuple ». J’avais parié sur le paiement au poids de nos déchets … et devinez quoi les amis ??? Ils en parlent chaudement dans le parlement … Et je pense que c’est à ce moment là que l’on va déchanter et comprendre l’impact qu’ils ont sur nous car au-delà de détruire notre environnement, ils vont maintenant atteindre notre porte feuille et c’est ce qui arrive dans plusieurs départements à l’heure ou je vous écris.

J’ai décidé de changer de mode de consommation et de vie

  • Lancement de ma vie zéro déchet : j’ai donc décidé d’entamer cette « reconversion » de façon progressive car aucune révolution ne se fait en un jour … Nous avons décidé de nous faire notre propre grand potager et de fabriquer nos propres conserves pour l’hiver. Nous aurons également un compost et des poules pour manger certains déchets. Vous pourrez suivre tour cela dans les vlogs de 2019, car je vous emmènerais avec moi dans cette démarche.
  • Produits ménagers 100% biodégradables : Qui dit zero déchet, dit forcément faire attention à ce que l’on déverse dans la nature. Pour cela, je n’utilise que des produits naturels et biodégradables. Mes meilleurs amis sont les suivants : bicarbonate de soude, cristaux de soude, vinaigre blanc, percarbonate de soude, acide citrique, pierre de nettoyage et savon noir.
  • Adieu le jetable, vive le lavage : Couches, serviettes hygiéniques, cotons, et bientôt … essuies tout lavable !!! Adieu les éponges jetables, bonjour les lavables et la brosse à récurer de nos grands-mères.
  • Voiture électrique : Alors il y a le pour et le contre car la fabrication d’une voiture électrique pollue pour 10ans, et il faut savoir aussi que l’on recharge avec de l’énergie nucléaire dans la plupart du temps. Nous utilisons 83% d’énergie solaire à la maison, je la recharge donc le jour pour réduire très considérablement mon impact sur la nature.
  • Je consomme local : ouiiiiiii vive le circuit court !! Je vais chez le producteur du coin pour mes fruits et légumes. Je recherche activement un magasin en vrac.
  • Privilégier le fais maison : nous avons tous le réflexe d’acheter des choses prêtes à consommer pour par exemple le petit déjeune: céréales ( = déchets), pains au lait (déchets encore …) etc. Par exemple pour le matin, je lance le soir une brioche dans ma machine à pain, cela prend deux minutes, et je n’ai rien d’autre à faire. C’est sain, je sais ce qu’il y a dedans et je réduis encore mes déchets.

Vous l’aurez compris j’apprends encore, j’essaie de réduire mon impact sur la nature au quotidien. Ce ne sont que de petits réflexes, qui ne prennent pas de temps. Une fois ancrés dans votre vie quotidienne, vous ne les voyez plus et ils changeront notre vie à venir.

A très vite,

Ecomaman

Rendez-vous sur Hellocoton !

One Comment

  • Jessica

    C’est aussi pour toutes ces raisons que j’ai développé une conscience plus morale et plus éthique et donc plus « écologique ». Mais je ne me rappelle pas quand et depuis quand… je n’arrive même pas à me rappeler s’il y a un évènement particulier qui m’a ouvert les yeux, j’ai toujours été assez sensible à tout ça finalement, car quand on aime la nature, la planète, les hommes et les animaux c’est normal de vouloir en prendre soin. Alors dès que je le peux je choisis le meilleur pour l’environnement (et par la même occasion pour moi aussi), c’est dans cette voie qu’un petit peu va devenir beaucoup et que les choses changeront =) et quand je vois que beaucoup de gens commencent à ouvrir les yeux, ça donne de l’espoir. C’est nous qui allons éduquer nos enfants à prendre soin de cette planète… donc c’est notre responsabilité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *